Jérôme Gallet est né en 1968 en région parisienne.

Son travail s'origine dans un enseignement axé sur le dessin d'observation et l'étude des chefs d'oeuvres de la peinture. Il manifeste tôt un gout pour les oeuvres intimistes malgré l'admiration portée aux oeuvres monumentales, et reste attaché au médium qu'est la peinture, qu'il confronte à la création contemporaine. 

Le besoin de mémoire est le motif principal de son travail s'étant mis à peindre de manière subite et irrépressible suite au décès de sa mère. C'est cette mémoire qu'il tente de fixer en peignant les personnes qui lui sont proches, comme pour leur donner une sorte d'intemporalité, et ainsi saisir par bribes le mouvement, un sentiment d'inépuisable et d'éphémère, s'appuyant pour cela sur des documents photographiques personnels. Il tire également des lieux où il réside le support de ses paysages, marqués par une recherche d'espace.

Son travail actuel se déroule dans son atelier où il explore à partir de supports photographiques les possibilités infinies de la peinture à l'huile, se détachant souvent du document pour laisser le médium le surprendre et révéler une réalité nouvelle, sorte de vision qui s'élabore dans un processus de création dont il n'a qu'une petite idée au départ. 

Il comporte également un aspect non figuratif où il expérimente dans des aplats de couleur aux nuances infimes la notion d'horizon abstrait, sortes de paysages intérieurs qui font écho aux travaux figuratifs dans un volet répétitif et sous jacent à l'évolution du reste de son travail.